Le Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse

Les Bréviaires sont depuis 2010 une commune constitutive du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse (PNRHVC). Il regroupe un ensemble de collectivités territoriales ayant choisi volontairement un mode de développement durable basé sur la mise en valeur, la protection de patrimoines naturels et culturels considérés comme riches et/ou fragiles. Le territoire du PNR est essentiellement rural (40%), forestier (40%), avec 300 kms de cours d’eau, de nombreuses mares et zones humides, dans une région très peuplée et très urbanisée.
Le PNR HVC a vu le jour en 1985. Actuellement il est constitué de 53 communes (43 dans les Yvelines et 10 dans l’Essonne). Il compte 114 025 habitants pour une surface de 64 616 hectares (soit les 2/3 de la ville de Paris).
Le PNR HVC est géré par un Syndicat Mixte d’Aménagement et de Gestion. Son action s’inscrit dans le cadre d’une charte. Cette charte est le résultat d’un long processus de concertation qui a abouti à un consensus établi entre les différentes collectivités, les représentants institutionnels et les associatifs….

Les mesures de protection de la faune, de la flore, des eaux, des sols, des forêts et des paysages s’appliquant dans le PNR sont celles qui existent dans la réglementation. Le PNR HVC ne dispose d’aucun pouvoir réglementaire sauf ceux prévus dans la charte ; il peut assurer des délégations de maîtrise d’ouvrage pour certaines collectivités. Il alimente des bases de données naturalistes pour parfaire les connaissances sur le territoire du parc.

Le PNR se dote de moyens (techniques, financiers, humains, organisationnels) pour promouvoir un développement respectueux des équilibres sociaux, économiques, naturels, culturels et patrimoniaux ; il assure une veille technique permanente pour apporter de nouvelles solutions à des problématiques territoriales. Son financement est assuré principalement par la région Ile de France, par les cotisations des collectivités. Il assure aussi des redistributions d’aides d’investisseurs institutionnels.

Ayant une grande connaissance du territoire il peut assurer des missions de conseil et ingénierie auprès des collectivités. Des personnes privées, entreprises, habitants, et associations peuvent solliciter son expertise, ses conseils. Le Parc peut leur accorder des aides financières pour une gamme d’actions prévues à la charte du PNR.  https://www.parc-naturel-chevreuse.fr/le-parc-aire-protegee/les-aides .

N’oublions pas que le PNR HVC n’est pas un simple outil d’aménagement à disposition des seules collectivités mais qu’il est aussi au service des hommes, du territoire et sa BIODIVERSITE.

Appropriez-vous Le PNR HVC. En vous impliquant, en étant curieux, vous participerez à son efficacité :

  • La boite à idées a été developpée, apportez votre contribution.
  • Une newsletter existe, inscrivez vous pour recevoir les actualités. 
  • Un fonds documentaire est à votre disposition , consultez le.
  • Un article sur toutes les mairies-écoles est consultable sur le site du parc, notre commune y figure.

Concrètement le PNR ce sont :

  • Des instances, le bureau et le comité syndical (représentant toutes les collectivités).
  • Des commissions thématiques (au nombre de 8)
  • Une équipe technique.
  • Un conseil scientifique.

Les élus de Bréviaires participent aux instances du PNR

BUREAU SYNDICAL :

Vingt-deux élus désignés par le Comité, préparent le budget. Il peut confier aux commissions le soin de mener des réflexions sur des thèmes spécifiques. Par délégation du Comité syndical il peut être chargé du règlement de certaines affaires comme l’approbation des marchés et conventions.

COMMISSION BIODIVERSITE, ENVIRONNEMENT :

Gagner la bataille de la biodiversité et des ressources naturelles dans un espace francilien.
Le parc constitue l’un des segments de « l’arc de biodiversité » francilien, qui s’étend depuis la Bassée et le massif de Fontainebleau jusqu’aux boucles de la Seine. C’est même l’un des principaux nœuds du réseau écologique régional.
La richesse du territoire réside dans ces espaces et ses espèces remarquables, mais également dans ses milieux plus ordinaires.

COMMISSION AGRICULTURE ET FORETS :

Maintenir la vocation agricole, forestière et naturelle des espaces non urbanisés et garantir leur continuité.
Veiller à la qualité des massifs boisés et à la réouverture des espaces enfrichés.
Veiller à ne pas étendre l’urbanisation sur les espaces naturels et agricoles.
Rationaliser la carte des zones d’activités économiques et des espaces mixtes (activités, équipement…).

COMMISSION ARCHITECTURE, URBANISME ET PAYSAGE :

Promouvoir une urbanisation endogène, dynamique, sobre et de qualité.
Maintenir le socle naturel et paysager du territoire.
Développer des modes durables de déplacement.
Favoriser la mixité sociale et la mixité habitat /activités.
La proximité de l’agglomération parisienne et des réseaux de transports en commun appelle à une production importante de logements, activités et services ; a priori difficilement compatible avec la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers.

COMMISSION TOURISME ET LIAISONS DOUCES :

Tourisme : découvrir la carte touristique du Parc, les circuits Baladobus. Profiter des paysages du Parc, des villages de charme, des jardins remarquables, de l’histoire et du patrimoine.
Une liaison douce ou voie douce est un tracé aménagé pour les déplacements doux tels que la marche, le vélo ou encore le roller, et dont l’accès est interdit aux véhicules à moteur. Il en existe plusieurs, il faut en poursuivre la création.

COMMISSION DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET ENERGIE :

VERS LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE : Transports et logement sont particulièrement émetteurs de gaz à effet de serre. Pour encourager l’essor des énergies renouvelables, un cadastre solaire grand public, incitant à l’installation de panneaux photovoltaïques, a été initié en 2018 et mis en service en 2019. Et un projet citoyen de centrale solaire, piloté par le Parc, ÉnerCitY78 et l’Agence Locale de l’Energie et du Climat de Saint-Quentin-en Yvelines est sur les rails.
Logement, économie… La clé c’est la diversité DES LABELS QUI MARQUENT. Pour valoriser les entreprises locales, le Parc a créé des « Marques Parc » : trois dédiées à l’accueil (restauration, hébergement, loisirs), cinq aux produits alimentaires (laitiers, céréaliers, escargot, viande, miel). Cela a favorisé la structuration de filières courtes inédites dans la région : céréales et bois d’œuvre.

COMMISSION CULTURE ET PATRIMOINE :

Préserver l’identité du territoire et le patrimoine local, tout en stimulant la diversité et les nouvelles formes d’expression : c’est le sillon tracé par le Parc pendant sept ans. Où l’on trouve des moulins, de l’art et des lavoirs.
Ils font aussi l’identité du territoire. Ce sont les paysages naturels, agricoles et bâtis : bourgs, villages, domaines… Il est crucial de les protéger en luttant contre l’artificialisation et la banalisation, et c’est un vrai défi en Île-de-France.
Fin 2011, le PNR est passé de 21 à 51 communes membres. Un tel changement d’échelle, pour les habitants, ça change quoi ? Pour y répondre, le Parc a fait appel à la sensibilité d’artistes. Le collectif Petit Pois Princesse a arpenté le territoire et conçu un spectacle mêlant paroles des gens d’ici, sons et images. Femmes, hommes et paysages y sont reliés par un ruban symbolique.

COMMISSION EDUCATION A L’ENVIRONNEMENT ET AU TERRITOIRE :

C’est un objectif transversal de l’action du Parc : rapprocher personnes et projets, diffuser une vision concrète du développement durable… Une culture qui s’entretient au quotidien, grâce à l’éducation et la communication.
Faire découvrir la richesse des mares et les bases de l’écoconstruction, former au jardinage écologique… Via ses nombreuses animations pédagogiques ou chantiers participatifs, dans son Centre d’initiation nature des Hauts-Besnières ou ses sentiers « découvertes », et grâce à son réseau d’acteurs éducatifs, le Parc a sensibilisé scolaires, habitants, élus et
professionnels.

Cette commission thématique du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse propose des actions et des soutiens financiers aux actions éducatives et pédagogiques en collaboration avec l’Education Nationale. Elle invite les particuliers à participer à des chantiers nature, comme par exemple celui de la réserve naturelle régionale des étangs de Bonnelles. Des balades avec guide accompagnateur sont également organisées pour le public.

COMMUNICATION ET ANIMATIONS :

Le Parc, c’est… Loin d’être une « administration de plus », le PNR est au service des communes et des acteurs du territoire. Ses membres sont représentés par des délégués au Comité syndical réuni six fois par an pour plus de 100 délibérations. Malgré des calendriers chargés, 80 % des communes sont représentées dans plus de la moitié des Comités. Les commissions thématiques – 244 en 8 ans – font émerger des actions et favorisent l’innovation. L’équipe pluridisciplinaire – 41 en 2011 et 39 personnes en 2018 – assure expertise et conduite de projets dans un territoire élargi (21 communes en 2011, 51 en 2018) : 500 avis par an, plus de 1000 visites de terrain, 50 formations, animation et suivi de 42 réseaux…. Les recettes de fonctionnement assurées principalement par la Région Île-de-France, les communes et l’Etat, ont baissé de 4% sur la période évaluée.